Secrétariat du Québec aux relations canadiennes - Gouvernement du Québec.
Agrandir le texte.Contraste élevé.Contraste inversé.
RechercheRaccourcis.
Facebook.Fils RSS.

31 janvier 2019, Salle Huguette-Labelle, Pavillon Tabaret, Université d’Ottawa À l’occasion du colloque Le Québec et la francophonie canadienne - Un avant et un après Doug Ford? - « L’action du Québec au sein de la francophonie canadienne : continuités et nouvelles avenues »

Check against delivery.

Bonjour à tous. C’est avec plaisir que je suis avec vous aujourd’hui. Cet événement est une belle occasion de tisser des liens et d’amorcer des conversations qui, je l’espère, seront fructueuses.

Je tiens d’abord à remercier les instigateurs de cette journée d’étude, et plus particulièrement la professeure Linda Cardinal pour son invitation.

Je suis heureuse de constater que cette journée de réflexion réunit des représentants en provenance de milieux diversifiés : chercheurs, étudiants, journalistes, représentants des associations issues des communautés francophones, etc. La contribution de tous à la discussion sur la francophonie canadienne est essentielle.

Depuis mon assermentation, certains ont souligné mes nombreuses responsabilités : justice, condition féminine, relations canadiennes, réforme des institutions démocratiques. Mais j’aimerais vous dire que, parmi l’ensemble des dossiers qui m’ont été confiés, la francophonie canadienne occupe une place toute particulière.

Tout d’abord, pour des raisons personnelles, car, comme beaucoup de Québécois, mes racines francophones s’étendent au-delà des limites du territoire québécois.

En effet, par ma mère, je suis spécialement attachée à l’Acadie, où réside une partie de ma famille et que je connais bien. Par mon père, mes liens familiaux s’étendent à de nombreuses communautés francophones à travers le Canada, où mes oncles et tantes se sont installés pour mener leur carrière.

Mais l’élection de la Coalition avenir Québec signifie aussi un nouvel élan pour la francophonie canadienne. Nous avons, en effet, l’ambition de dépasser les oppositions qui ont marqué les cinquante dernières années.

Nous croyons qu’il est temps, pour notre gouvernement, d’examiner notre rôle dans la francophonie canadienne.

Cette réflexion, que nous souhaitons faire avec vous, est d’autant pertinente que mon entrée en fonction coïncide avec plusieurs anniversaires importants, lesquels ont sans doute été évoqués dans le segment historique de ce matin.

En effet, 2019 marque le cinquantième anniversaire de la Loi sur les langues officielles et le cinquantième anniversaire de la fin des États généraux du Canada français. Ces deux événements ont laissé une empreinte majeure dans l’histoire de la francophonie canadienne.

Cette année marque aussi le cinquantième anniversaire de la signature des deux premiers accords de coopération en francophonie, conclus entre le gouvernement du Québec, d’une part, et les gouvernements de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick, d’autre part.

Au cours des décennies qui ont suivi, le gouvernement du Québec a signé des accords de coopération similaires avec l’ensemble des gouvernements provinciaux et territoriaux.

Au fil des ans, ces accords de coopération ont permis de financer, la plupart du temps à parité avec le ou les gouvernements partenaires, de nombreux projets se rapportant à de multiples secteurs allant de l’éducation à la culture, en passant par le tourisme et le développement économique.

À titre de ministre de la Justice, j’ai été particulièrement intéressée d’apprendre l’existence d’une collaboration toute récente entre l’Université de Montréal et l’Université d’Ottawa, dans le cadre du projet pratiquO, dont l’objectif premier est d’assurer une offre adéquate de formation professionnelle continue aux juristes d’expression française.

Comme vous le savez peut-être, outre les projets financés conjointement avec d’autres gouvernements, dans le cadre du Programme de coopération intergouvernementale, le Québec administre, de façon indépendante, son propre Programme d’appui à la francophonie canadienne.

Ces deux programmes visent un objectif commun : la création de partenariats et la mise sur pied de réseaux entre les francophones du Québec et ceux des autres provinces et territoires. Cette année, les budgets combinés de ces programmes totalisent près de 2 millions de dollars.

Par ailleurs, dans le but d’accorder une visibilité accrue à la recherche en francophonie, qui était déjà soutenue par le Secrétariat du Québec aux relations canadiennes, un volet spécial a été intégré, en avril 2018, au Programme d’appui à la recherche.

Ce volet appuie prioritairement le développement et la diffusion de connaissances qui contribuent à la compréhension de la francophonie canadienne, notamment des communautés francophones et acadiennes, en tant que milieux d’expression française au Canada.

Au cours des derniers mois, j’ai donc approfondi ma connaissance des actions du gouvernement du Québec en francophonie canadienne.

J’ai aussi appris à connaître de nombreux acteurs de la francophonie. Ces personnes et ces organismes déploient une énergie remarquable et s’impliquent avec dévouement dans l’accomplissement de leur mandat.

Je pense notamment aux associations qui représentent les différentes collectivités francophones, que ce soit en Ontario, au Yukon, au Nouveau-Brunswick ou ailleurs au pays.

Je pense aussi à un organisme comme l’Association canadienne d’éducation de langue française. Depuis plus de soixante-dix ans, cette association contribue, de façon notable, à la vitalité des communautés francophones.

Bref, depuis mon entrée en fonction, je suis en contact régulier avec de multiples facettes et réalités de la francophonie canadienne. Et j’assumerai avec conviction mon mandat d’aider à les faire connaitre au Québec, au Canada et à travers l’Amérique.

J’ai été heureuse de constater que les actions du gouvernement du Québec pouvaient contribuer au renforcement des liens entre les Québécois et les membres des communautés francophones et acadiennes, tout en participant à la promotion et à l’affirmation du fait français au Canada.

Toutefois, je constate que du chemin reste à parcourir afin d’assurer la réelle pérennité du français au Canada et d’apporter un soutien aux communautés francophones en milieu minoritaire.

Car, malheureusement, la réalité des francophones vivant en situation minoritaire reste assez méconnue des Québécois et des autres Canadiens.

De plus, l’histoire du développement des communautés francophones au Canada et, plus largement, en Amérique reste trop souvent ignorée.

Les événements des derniers mois ont renouvelé l’attention portée à la francophonie canadienne; un intérêt qui s’est accompagné d’une solidarité à travers tout le pays.

Au Québec, ce sentiment de solidarité est associé à une admiration certaine pour la résilience, la combativité et la fierté des francophones vivant en situation minoritaire. Le dynamisme et l’engagement de la société civile, en particulier, forcent le respect.

À titre de ministre responsable de la Francophonie canadienne, je souhaite que cet élan de solidarité se poursuive et qu’il s’incarne dans des actions concrètes.

Ensemble, nous devons renouveler nos efforts pour faire la promotion du français et pour accroitre l’espace francophone canadien.

Le contexte actuel est une occasion à saisir.

Notre politique québécoise de la francophonie canadienne dynamique bénéficie à toute la francophonie canadienne, et une francophonie canadienne forte bénéficie à tous.

Dans cette lignée, je souhaite travailler avec tous les partenaires de la francophonie canadienne à la préservation, à la promotion et à l’épanouissement de la langue française.

Or, le visage de la francophonie a changé au cours des douze dernières années.

Cette politique est-elle encore en phase avec les aspirations de cette francophonie plurielle? Je n’ai pas encore de réponse à cette question, mais nous sommes à l’écoute.

En ce sens, je souhaite multiplier les rencontres et les discussions avec les acteurs de la francophonie canadienne et américaine.

Je vous souhaite donc des échanges productifs, cet après-midi, dont je me réjouis de connaître les résultats ainsi que les suites. Ce sera toujours un plaisir de vous revoir.

Merci à tous!