Secrétariat du Québec aux relations canadiennes - Gouvernement du Québec.
Agrandir le texte.Contraste élevé.Contraste inversé.
RechercheRaccourcis.
Facebook.Fils RSS.

10 juin 2018, Club Mont Royal, Montréal, Québec À l’occasion du cocktail du dîner d’ouverture de la Conférence de Montréal - « Une Politique d’affirmation du Québec et de Relations canadiennes pour mieux se connaître et ainsi mieux se reconnaître »

La version prononcée fait foi.

Mesdames et Messieurs, au nom du Gouvernement du Québec, j’aimerais vous souhaiter la bienvenue au Québec pour le lancement d’une semaine de dialogue, de réflexion et de partage de connaissances.

C’est pour moi un véritable plaisir d’être avec vous aujourd’hui.

C’est aussi une opportunité pour vous lancer, à mon tour, une invitation au dialogue sur nos identités et notre avenir commun.

Un peu partout dans le monde, la croissance du phénomène migratoire, la délocalisation économique et la montée des inégalités ont fait une place parfois bien grande au populisme, à l’isolationnisme et au repli identitaire.

In this anxious world, there has never been a greater need for better trust and community spirit between citizens, community organizations, enterprises, international organizations and political actors.

[Dans ce monde inquiet, le renforcement du lien de confiance et de solidarité entre les citoyens, les milieux communautaires, les entreprises, les organisations internationales et les acteurs politiques n’a jamais été de si grande importance.]

C’est dans ce contexte, à l’occasion du 150e de la fédération, que notre gouvernement a produit une première Politique d’affirmation du Québec et de relations canadiennes.

The Policy on Québec Affirmation and Canadian Relations is far from being restricted to constitutional matters. It offers a new perspective at our shared history and proposes a new point of departure to strengthen our living-together in Canada.

[Cette Politique, qui déborde largement le seul enjeu constitutionnel, offre une compréhension nouvelle de notre histoire commune et propose un nouveau départ pour renforcer notre vivre-ensemble canadien.]

Québec-Canada relations have often been reduced to those of "two solitudes".

[On a souvent considéré les relations Québec-Canada comme se résumant à celles de « deux solitudes ».]

On a aussi eu la mauvaise habitude de souvent placer le Québec au centre de chaque conflit.

The truth is rather that we have a lot in common, more than we usually speak or hear of.

[Pourtant, nous partageons de nombreuses solidarités dont nous ne parlons pas assez.]

Pourtant, les incompréhensions et préjugés se retrouvent dans les rapports entre chaque région canadienne.

By refusing to consider them or attempt to find a solution, we deliberately choose to weaken our position. I will come back to this later.

[Refuser de les considérer et de tenter d’y remédier, c’est délibérément choisir de s’affaiblir. J’y reviendrai.]

Notre politique s’appuie sur un constat évident; notre progrès économique, social et culturel du dernier siècle repose sur des liens aussi forts qu’ignorés.

Des liens économiques au premier chef.

En plein G-7, qui, parmi nos concitoyens, sait que le Québec échange plus de biens chaque année avec Terre-Neuve-et-Labrador qu’avec l’Italie?

Plus avec le Nouveau-Brunswick qu’avec la France?

Et plus avec l’Ontario qu’avec l’Union européenne entière?

Under the leadership of Québec and its Premier, Jean Charest, these strong economic ties within Canada formed the basis for the conclusion of a free trade agreement with Europe.

[Sous le leadership du Québec et du premier ministre Jean Charest, c’est en s’appuyant sur nos solidarités économiques canadiennes que nous avons pu convenir d’une entente de libre-échange avec l’Europe.]

While our US partner is busy spreading doubt, Québec wants to strengthen its Canadian connections and maximize the potential for Canadian and European free trade.

[Alors que notre partenaire américain sème le doute, le Québec veut renforcer ses liens canadiens et maximiser le potentiel du libre-échange canadien et européen.]

Déjà, nous travaillons ensemble à préparer l’économie de demain avec notamment nos avancées en Intelligence artificielle.
Au-delà de nos liens économiques, des relations citoyennes nombreuses transforment les politiques publiques au pays.

À preuve, ce moment de novembre 2015 à Edmonton, lors de l’annonce du plan albertain de lutte contre les changements climatiques, où l’on retrouve, aux côtés de la première ministre Notley, nul autre qu’un Québécois bien connu, Steven Guilbeault, d’Equiterre.

We are more than just two solitudes. We share many bonds of solidarity. Why do we speak so little about them?

[Nous ne sommes pas que deux solitudes. Pourtant, nous en parlons si peu.]

Un peu comme si nous décidions de taire nos liens. Marqués peut-être par l’histoire, nous avons développé le syndrome de la crise associée à toutes discussions sur notre union, nos différences, nos espérances.

Et détrompons-nous, il ne s’agit pas que d’une question Québec-Canada. Il n’y a qu’à tendre l’oreille aujourd’hui en Alberta et en Colombie-Britannique pour s’en convaincre.

Un sondage mené par Environics en 2014 faisait le constat qu’à peu près partout, les Canadiens se perçoivent moins favorisés que ceux des autres régions.

Région Régions perçues comme les plus favorisées par le gouvernement fédéral
Atlantique Alberta (35%) Ontario (34%) Québec (19%)
Québec Alberta (41%) Ontario (27%) Québec (12%)
Ontario Ontario (31%) Québec (26%) Alberta (26%)
Manitoba et Saskatchewan Ontario (41%) Québec (31%) Alberta (14%)
Alberta Québec (41%) Ontario (38%) Alberta (16%)
Colombie-Britannique Ontario (49%) Québec (23%) Alberta (13%)

Doing nothing about the perceptions that push us apart means choosing, collectively, to weaken ourselves.

This must be a source of concern for us all.

[Ne rien faire face aux perceptions qui nous éloignent, c’est choisir collectivement de nous affaiblir.]

Notre politique affirme la Nation québécoise.

Elle constate que son histoire au sein du Canada en est une de progrès.

Nevertheless, it states that the Canadian federation, a champion of individual diversity, could become even more inclusive by making more room for our particular collective diversities.

[Elle soutient néanmoins que la fédération canadienne, championne de la diversité individuelle, peut être encore plus inclusive en accueillant mieux nos diversités collectives particulières.]

« A truly plurinational Canada, in which collective diversity, namely that of Québec nation and of Aboriginal nations, is fully recognized and accepted, is the only way to strengthen our shared sense of belonging to Canadian society.

[Un Canada véritablement plurinational où la diversité collective, notamment celle de la Nation québécoise et des nations autochtones, est pleinement reconnue et acceptée, constitue la voie royale pour renforcer notre appartenance commune à la société canadienne.]

This idea of overlapping and superposed belongings that gather rather than divide is one of the most promising developments in a time of withdrawal and isolation.

[Cette idée d’appartenances qui s’additionnent, se chevauchent et qui rassemblent, constitue l’une des pistes les plus prometteuses en ce siècle de repli et d’isolation.]

Cette ouverture aux appartenances plurielles offre une amorce de réponse aux problèmes mondiaux de vivre-ensemble.

Le professeur Errol Mendes le soulignait l’automne dernier lors d’un colloque sur notre politique, évoquant alors la situation en Espagne.

It is up to all of us to focus on our relations, with the goal of improving our understanding, knowledge and acknowledgement of each other.

[Il nous revient à tous de nous préoccuper de nos relations, de vouloir mieux nous connaître et ainsi mieux nous reconnaître et mieux se comprendre.]

Governments can ignite the spark, which is what we are trying to do by encouraging and supporting the strengthening of economic, social, cultural and academic ties between Quebecers and other Canadians.

But this is a matter that relates to citizenship.

[Les gouvernements peuvent allumer l’étincelle ; c’est ce que nous tentons de faire en encourageant et en soutenant l’accroissement des liens économiques, sociaux, culturels ou universitaires qui unissent les Québécois et tous les Canadiens.]

This is my invitation to you. An invitation to participate in a dialogue on our identities and on our common future.

Some have already taken the first step.

[C’est l’invitation que je veux vous faire. Déjà certains s’engagent.]

Il y a à peine trois mois, dans la foulée de notre politique, l’Université du Québec à Montréal a lancé un centre d’analyse sur les perspectives du fédéralisme, en collaboration avec quatre autres centres de réflexion à travers le Canada

Obviously, we cannot expect everyone to agree.

[Les membres d’une société ne peuvent évidemment pas toujours être d’accord sur tout.]

But our discussions, even on points of disagreement, help us gain an understanding of our differences, fight prejudice and nurture mutual trust.

[Mais nos échanges, même sur des points de désaccord, nous permettent de mieux comprendre nos différends, de faire reculer les préjugés et faire naître une confiance mutuelle renforcée.]

You, as leaders in our country and the world, are helping to shape the future. I urge you to create forums where you can present your points of view and listen to those of others.

[Vous, leaders de notre pays et du monde, participez à dessiner l’avenir. Je vous encourage à créer des forums de dialogue, à présenter vos points de vue et à entendre celui des autres.]

Nous souhaitons tous un monde plus prospère, plus égalitaire, plus vert. Cette entreprise ne peut faire l’économie d’une plus grande inclusion.

Je vous invite à rêver l’avenir, je vous invite surtout au dialogue patient, ouvert, respectueux ; seul moyen de réaliser notre rêve commun d’un meilleur vivre-ensemble.