Secrétariat du Québec aux relations canadiennes - Gouvernement du Québec.
Agrandir le texte.Contraste élevé.Contraste inversé.
RechercheRaccourcis.
Facebook.Fils RSS.

Le Québec déploie cinq personnes de plus au Canada pour favoriser les échanges interprovinciaux dans le contexte d’incertitude économique actuel

Québec, le 17 août 2018. – Devant une incertitude économique exceptionnelle, le gouvernement du Québec agit pour en atténuer les répercussions.
Ainsi, le premier ministre annonçait, cette semaine, des investissements de plus de 850 millions de dollars, sur cinq ans, pour soutenir nos travailleurs, nos entrepreneurs et nos agriculteurs. Le plan repose sur quatre axes :

  • Donner de l’oxygène aux entreprises par des aides financières directes et un allégement fiscal;
  • Soutenir l’investissement pour améliorer la productivité;
  • Favoriser la formation des travailleurs;
  • Encourager la diversification des marchés.

Le renforcement des échanges interprovinciaux par le déploiement des marchés dans les autres provinces et les territoires du Canada fait partie intégrante de ce quatrième axe. Le marché canadien, qui ne requiert pas de passer de douanes ou de payer de tarifs, est attrayant pour les entreprises québécoises.

Pour tirer profit au maximum de l’ouverture économique que présente le Canada et pour soutenir davantage les entreprises intéressées, le Québec embauchera cinq nouvelles personnes affectées au développement économique et commercial au sein des bureaux du Québec : trois personnes au Bureau de Vancouver, dont une qui assurera une présence à Calgary, une personne au Bureau de Toronto, qui couvrira notamment le Manitoba, et une au bureau de Moncton, qui sera aussi affectée à Halifax.

Citations :

« Les autres provinces sont des partenaires économiques importants du Québec, et nos bureaux jouent un rôle de premier plan pour aider et soutenir les entreprises québécoises dans la recherche de nouveaux marchés sur ces territoires. Devant la montée du protectionnisme américain, qui représente une menace pour l’économie québécoise, il faut agir tant à l’international qu’au Canada. La présence des nouvelles recrues, partout au pays, permettra aussi de rapprocher les acteurs de la société civile du Québec et d’ailleurs au Canada, en cohérence avec la Politique d’affirmation du Québec et de relations canadiennes. »

Jean-Marc Fournier, ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne 

Faits saillants :

  • En 2017, selon les comptes économiques, la valeur des exportations québécoises de biens et de services à destination des autres provinces et des territoires se chiffrait à 72 milliards de dollars, ce qui représentait 38 % du total des exportations du Québec. 
  • Le Québec vendait, en 20141 , plus de biens au Nouveau-Brunswick (1,7 G$) qu’en France (1,5 G$), plus du double en Ontario (20,7 G$) qu’en Europe (8,9 G$) et presque autant en Colombie-Britannique (2,6 G$) qu’en Chine (2,8 G$).
  • Selon l’Institut de la statistique du Québec, les exportations du Québec au Canada, par leur nature, représentent une plus grande valeur ajoutée que les exportations internationales, et ce, tant pour les biens que pour les services : chaque million de dollars d’exportations vers les autres provinces crée 8,5 emplois, tandis que ce sont 7 emplois qui sont créés pour le même volume d’exportations à l’international.
  • Plus de 260 entreprises ont eu recours aux services d’affaires du Bureau du Québec à Toronto, en 2016-2017, dont 55 qui ont été soutenues dans des démarches individuelles de diversification de marchés, et 200 qui ont participé à des missions commerciales.

2014 : Dernière donnée disponible au 13 août 2018.